arpenteur

enjambées proposées par Matthieu Guérin

Accueil > le réel fiction > Transport commun > Transport commun (#2.b)

Transport commun (#2.b)

samedi 29 mars 2014, par matthieu guérin

1.

Elle ferme la grille du local à vélos. elle a le choix.

2.

Elle se dirige vers les marches qui mènent à la porte du lycée. elle a le choix.

3.

Une marche. elle a le choix.

4.

Deux marches. elle a le choix.

5.

Trois marches. elle a le choix.

6.

A la quatrième marche sa tête dépasse du perron. On peut désormais la voir de l’intérieur du lycée. Cette fois le choix disparaît. Il n’y a personne dans le hall qui la regarde. On dirait. Mais elle n’est pas sûre à cause des reflets sur les vitres. Peut-être que quelqu’un l’observe alors elle affermit sa posture. prend l’air d’un prof qui a des choses à faire avant d’aller en cours. rien à faire pourtant. les photocopies sont faites et les copies corrigées.

7.

Elle ne peut s’empêcher comme chaque fois de ressentir une petite boule dans le creux de l’estomac. Une vague culpabilité. L’appréhension de ce qu’on pourrait lui demander et briserait la bulle de mince certitude qu’elle essaie de construire depuis plusieurs années pour se convaincre qu’elle n’est pas constamment dans l’erreur. Elle éclate régulièrement la bulle. À la moindre situation qui lui demande de prendre une décision rapide mettant en jeu son jugement. Toujours après elle regrette. se dit qu’elle aurait dû faire autrement.

8.

Elle passe devant l’accueil. dit bonjour l’air enjoué.
Pas de personnel de direction. Elle peut bifurquer à gauche vers la salle des professeurs on ne lui demandera rien ce matin.
Une femme de ménage passe une serpillière le visage fermé. bonjour encore.
Elle pousse la porte vivement.

9.

Elle pose son sac enlève son manteau regarde dans son casier s’il y a des feuilles administrative prend ses clefs sa tasse se retourne se dirige vers la machine à café pose sa tasse dans la petite niche où le liquide va tomber met quarante centimes dans la fente. Le café coule. Elle le prend va s’asseoir sur un fauteuil. savoure l’instant de calme. le relatif silence.
Il lui reste dix minutes avant la sonnerie. Celle de la récréation.
Elle sait qu’à cette heure-là il n’y a personne dans la salle des profs. C’est pour ça qu’elle vient. Pour avoir un instant de calme. Seule.

10.

A la récréation les collègues arrivent. Parlent. dit bonjour. serre la main. fait bonne figure. Ça va. Oui. Non.

11.

Puis affronter les élèves. Seule.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.