arpenteur

enjambées proposées par Matthieu Guérin

Accueil > le réel fiction > Transport commun > Transport commun (#4.a)

Transport commun (#4.a)

mardi 20 mai 2014, par matthieu guérin

1.

Ça a sonné. Il doit y aller maintenant. S’il a de la chance il n’aura pas à croiser de surveillant ou l’enseignant qui avait sa classe en première heure et n’aura pas à s’expliquer. Ça se fera pas courriers interposés. On informera sa famille de ses nombreux retards. Il s’excusera et promettra qu’il fera attention. qu’il prendra un bus plus tôt. qu’il sera à l’heure désormais.

Pour l’instant il monte l’escalier du perron, passe la porte montre son carnet de correspondance. Le surveillant ne lui demande rien. Il a l’air las. Il continu en baissant la tête et en jetant des regard par en dessous pour esquiver les adultes du lycée.

2.

Encore le hall à traverser et un étage à monter.

3.

Il passe devant sa salle. A elle. Il lui jette encore un regard et regrette de ne pas entrer dans cette salle-ci.

4.

Il est dans sa salle de cours. Assis près du mur de droite. Il s’assoie toujours prêt du mur jamais prêt de la fenêtre il ne veux pas regarder dehors. il veut être dans l’ombre.
Il s’assoie pose son sac et fait semblant de chercher des affaire dedans. Il sait qu’il est vide pourtant mais il veut faire plaisir au prof. Il trouve un stylo et une feuille.

5.

Le cours commence et il n’entend qu’un brouhaha dont il ne comprend que la moitié des mots. Il en a presque les larmes aux yeux. Il voit bien que le professeur fait des effort pour bien expliquer pour ceux qui on du mal à comprendre. comme lui. Il n’ose pas lever les yeux. Il a peur de se faire interpeller. Alors il garde les yeux rivés sur sa feuille. blanche. Et sur son stylo. cassé. Qui ne lui servent à rien.

6.

Autour de lui les autres élèves s’agitent. Ils ont envie de rire. Pas de travailler. Ils ne savent pas pourquoi ils sont là. Ou plutôt si. juste parce qu’ils n’ont pas encore l’âge de quitter l’école. Alors ils restent là en attendant que le temps passe. Et ils s’amusent.

Il voit l’agacement et le désespoir dans l’œil du professeur qui continue de dérouler son cours. Il a essayé beaucoup de choses. Maintenant il a baissé les bras.

7.

55 minutes. Il ne va pas tenir.

8.

Il hésite un instant. Il ne veut pas être impoli. Il ne veut pas faire de la peine aux gens. Ici. Il font tous attention à lui. Il le voit bien.

9.

Mais il ne peut pas tenir.

10.

Il range posément son stylo cassé et sa feuille blanche dans son sac. se lève met son sac sur don dos et sort de la salle. Il sait qu’il ne devrait pas. Que c’est pire qu’un retard. Qu’il va être sanctionné. sanctionné.

11.

Il marche dans le couloir et il entend derrière lui la voix du professeur qui l’appelle. D’abord étonné. Puis fâché. menaçant. Il ne peut faire que ça. devant les autres.

Il ne se retourne pas.

12.

Il refait le chemin inverse dans un lycée vide. Tous les élèves sont en cours. Les adultes aussi.
Il descend les escaliers. Travers le hall. Descend d’autres escaliers. Passe la porte du lycée et retourne s’asseoir sur le banc un peu plus loin.

Il fait moins froid maintenant. Il va rester là un petit moment. Juste respirer dans le silence de la ville au travail.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.